La « révélation des morts » d’Allan Kardec

Le spiritisme, poussé par l’énorme intérêt populaire, était destiné à évoluer et à se structurer dans un véritable mouvement culturel qui sortait du champ de la recherche pour s’imposer comme une véritable et propre doctrine philosophique de masse.

En 1854, à Lyon, Léon Rivail fonda le mouvement spirite, créant les fondements organisationnels et idéologiques d’une véritable religion spirite.

Son mouvement a déclaré ouvertement qu’il avait la tâche d’achever, par la révélation des esprits, l’enseignement évangélique du Christ considéré comme incomplet. Une déclaration qui a inévitablement provoqué la critique et la censure de l’Église catholique de l’époque.

Léon Rivail se considérait d’origine bretonne et druidique et adopta son nom de famille natal, Kardec, se donnant le nom d’Allan, qui en celtique signifie « frère ».

Sous le pseudonyme d’Allan Kardec, Léon Rivail écrivit trois textes qui serviront de base à la doctrine spirituelle. En 1857 « Le Livre des Esprits », en 1861 « Le Livre du Médium » et enfin en 1864 « L’Evangile selon le Spiritualisme » qui révise la révélation chrétienne en clé spirituelle.

Reprenant des thèmes de la cosmologie mystique de l’ancien chamanisme druidique, la doctrine spirituelle d’Allan Kardec propose un postulat précis : les esprits existent, se manifestent et enseignent aux hommes. Plus spécifiquement, il y aurait des « guides spirituels » qui communiqueraient avec les hommes et qui pourraient enseigner des révélations spirituelles précises.

Dans le mouvement spiritualiste, les grands médiums de l’époque, comme Eusapia Palladino, Elisabeth D’Esperance, Daniel Douglas Home et bien d’autres, se distinguent.

Des racines de la pensée spiritualiste naquit en 1875, à New York, la Société Théosophique par une noble femme russe, Elena Petrowna Blavatsky. C’était un médium qui prétendait avoir été initié aux secrets des sciences occultes de l’Inde. Elle a également développé sa doctrine dans trois livres qui sont devenus l’épine dorsale de la nouvelle interprétation spirituelle : en 1877 « Isis dévoilé », en 1888 « La Doctrine secrète » et en 1889 « La clé de la théosophie ».

Lorsque Blavatsky mourut en 1891, l’Anglaise Annie Besant entreprit de compléter et d’organiser la doctrine théosophique en perfectionnant davantage le postulat original du spiritisme d’Allan Kardec.

Pour la première fois, dans la nouvelle doctrine, il a été affirmé, conformément aux croyances druidiques qui avaient inspiré Allan Kardec, que les sessions spirituelles entravaient l’évolution des morts dans l’au-delà et qu’il était nécessaire de prendre contact uniquement avec les « guides spirituels » comme entités qui étaient capables de communiquer correctement avec le monde des vivants.

Spiritisme ?

Le spiritisme entre les deux guerres mondiales

Les événements de guerre des deux guerres mondiales, de 1915 à 1945, ont entraîné le transfert de grandes masses d’hommes d’une partie du continent européen à l’autre et de toute la planète.

Dans bien des cas, surtout pendant la Première Guerre mondiale, les membres des familles et les soldats au front n’ont pas eu l’occasion de communiquer facilement entre eux et le désir urgent d’apprendre des nouvelles de toutes sortes demeure. Si leurs proches étaient en bonne santé, s’ils étaient morts, s’ils étaient en captivité quelque part, et ainsi de suite. C’est à cette époque que s’est manifestée la mode de communication avec le monde des esprits, répandue dans toutes les classes sociales, pour connaître le sort de leurs proches distribués sur le théâtre de guerre.

Anne Besant, une étudiante de Blavatsky et une continuation des théories spirituelles d’Allan Kardec

Il y avait ceux qui utilisaient la « table des esprits » à trois pieds, mais beaucoup, n’ayant pas de meubles et de médiums appropriés, étaient orientés vers l’utilisation de ce qu’on appelait alors « le jeu du soucoupeur ».

Sur une feuille de papier avec les lettres de l’alphabet et les chiffres de zéro à neuf espacés les uns des autres, une soucoupe inversée ou une tasse à café a été placée sur laquelle les index des mains des participants étaient légèrement placés. Les mêmes questions ont été posées que pour les séances classiques et les réponses ont été lues en prenant note de l’ordre des lettres sur lesquelles la soucoupe allait habiter de temps en temps.

Après les deux guerres mondiales, la culture de la spiritualité a survécu et s’est maintenue pendant longtemps, même parmi les nouvelles générations, s’intégrant progressivement dans le tissu social.

En savoir plus : https://divinatoire.be

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *